Centre de formation

Published on mai 9th, 2017 | by JP

0

On parle de …. Samuel Rousseau, Champion du Monde U18

Le journal les Dernières Nouvelles d’Alsace, sous la plume de Cédric Carriou nous propose dans son édition du 26 avril 2017 un zoom sur le jeune strasbourgeois Samuel Rousseau, Champion du Monde U18.

 

C’est assurément un grand coup que viennent de frapper les Bleuets à Bled lors du Mondial U18 de D1A, l’antichambre de l’élite mondiale.

Maintenus après leur quatrième place l’an dernier au terme d’un tournoi à Minsk auquel avait participé le jeune attaquant de l’Étoile Noire Valérian Mathieu (*), les Tricolores avaient rendez-vous en Slovénie du 7 au 13 avril.

« On sentait qu’on avait une belle équipe »

Dans la sélection retenue pour affronter l’Allemagne, le Danemark, la Hongrie, la Norvège et le Kazakhstan, on retrouvait le Strasbourgeois Samuel Rousseau. Et le néophyte, qui fêtera ses 17 ans le 30 novembre, a fait mieux que ses prédécesseurs du CSGSA.

En U18, on se souvenait de la performance de Julien Burgert (*), l’attaquant de l’Étoile Noire champion du monde de D2 en 2008 avant de participer en 2009 aux Mondiaux de D1 (avec Aziz Baazzi et Timothée Franck). En 2014, Nathan Grabherr (*) avait, lui, participé au maintien des Bleuets à Caen.

À Bled, Samuel Rousseau a pris part à un exploit d’un autre calibre : décrocher le titre qui ouvre les portes de l’élite et du Mondial-2018 en Russie en compagnie de la fine fleur planétaire.

« Pour mes premiers Mondiaux, c’était vraiment une belle aventure », glisse le deuxième Strasbourgeois médaillé cette saison en équipe de France après Maxence Leroux (*) (bronze en décembre dernier avec les U20 en Allemagne).

« À part le maintien, on ne s’était pas fixé d’objectifs précis, poursuit le jeune attaquant strasbourgeois. On sentait qu’on avait une belle équipe, nous étions tous disposés à bosser les uns pour les autres. On a avancé dans la compétition étape par étape. »

Ces Mondiaux, Samuel Rousseau et ses coéquipiers – parmi lesquels le Grenoblois Alexandre Texier, déjà retenu avec les Bleus et pressenti à la prochaine draft NHL –, les ont entamés idéalement en battant l’Allemagne (4-2), vice-championne en titre et reléguée de l’élite en 2015.

« Après, ça s’est enchaîné. On a battu le Danemark (4-2) , la Hongrie (6-3, avec un but du Strasbourgeois, ndlr). Il fallait battre la Norvège dans le temps réglementaire pour être sacrés quel que soit ensuite notre résultat contre le Kazakhstan, résume Samuel Rousseau. Gaëtan (Richard, le gardien) a été très solide. On se fait reprendre à 2-2 à cinq minutes de la fin, mais on marque à la dernière seconde. »

La Norvège ayant sorti son gardien, Enzo Guebey a trouvé le chemin de la victoire en cage vide, provoquant une explosion de joie sur le banc des Bleuets, qui s’inclineront ensuite contre les Kazakhes (0-5).

« Quand on a marqué, ce n’était que du bonheur ! J’avais envie de pleurer sur la glace tellement c’était intense, raconte Samuel Rousseau. Avec Strasbourg, je n’ai pas encore eu la chance de gagner un titre. Alors être champion du monde, c’est énorme ! »

« Mon père est Canadien. À quatre ans, il m’a mis sur des patins »

Venu au hockey presque comme on apprend à marcher – « mon père (Claude) est Canadien. À quatre ans, il m’a mis sur des patins », sourit-il –, Samuel Rousseau espère bien que ce titre sera le socle d’une belle carrière.

« Je veux devenir hockeyeur professionnel, c’est mon but. L’an prochain je vais continuer avec les U20 du CSGSA et j’espère intégrer la D2. Pouvoir participer à quelques entraînements avec l’Étoile Noire ou faire un match sur le banc comme c’est arrivé à Aurélien Chausserie (*), en octobre contre Amiens) , ça serait déjà une super expérience », indique ce fan des New York Rangers qui viennent d’éliminer en play-offs de NHL les Canadiens chers à son père montréalais.

S’il sait que la route vers la Magnus est encore longue, le centre – « un poste que j’affectionne parce qu’il faut travailler fort des deux côtés de la glace » – savoure d’abord ce titre avant de se projeter vers la Russie et les Mondiaux-2018.

« C’est encore une autre étape. Les Mondiaux élite, c’est un tout autre niveau. C’est une vitrine, c’est diffusé à la télé. Je vais travailler encore plus fort pour faire partie de la sélection l’an prochain », souligne Samuel Rousseau, junior 1re année et déjà assistant-capitaine des Bleuets.

« Fier d’avoir fait partie de cette équipe », le titre mondial en poche, le bac S dans le viseur, le Strasbourgeois compte bien vivre d’autres belles aventures.

 

(*) pensionnaires et/ou anciens pensionnaires du Centre de Haut Niveau du CSGSA


About the Author



Back to Top ↑
  • Aidez le CSGSA Hockey – Faites un don

  • Avantages Partenaires

    Hockeyeurs du CSGSA, recevez des offres uniques des partenaires de votre club.